« Bouches cousues » de demandeurs d’asile colombiens devant l’ambassade de Guyane

Article de France-Guyane 16 octobre 2009
vendredi 16 octobre 2009

Trois demandeurs d’asile colombiens ont décidé de se coudre la bouche pour manifester « pacifiquement » devant la préfecture. Ils demandent que leur dossier soit transféré dans l’Hexagone parce que disent-ils « nous craignons pour notre en vie en Guyane ».

Sans mauvais jeu de mots, la question brûle forcément les lèvres : comment peut-on en arriver à se coudre la bouche soi-même, avec du vrai fil et une vraie aiguille ? Et surtout, quel genre de motivation peut pousser des gens à s’infliger de tels sévices ? « En Colombie, explique Olmedo, quand les gens ne sont pas écoutés, on reste muet pour montrer qu’il faut qu’on respecte leurs droits » ..

(...) Ce que veulent ses demandeurs d’asile ? « C’est avoir l’autorisation de rejoindre la métropole, car ici, on est en danger » , répète Olmedo. « La diaspora colombienne est très importante en Guyane. C’est pour cela que même dans notre pays, ils savent où l’on se trouve. On aimerait donc rencontrer un représentant du Haut-commissariat des réfugiés, et que le gouvernement français nous vienne en aide » .

Lire l’article

Commentaire

"Quiconque se trouve légalement sur le territoire d’un État a le droit d’y circuler librement et d’y choisir librement sa résidence." C’est ce que disent le droit international et le conseil d’État.

Voir Le droit d’aller et venir en France ... même en Outre-mer

Un demandeur d’asile dans un DOM devrait selon ces principes pouvoir se rendre librement dans l’hexagone... sans avoir à se coudre la bouche.