Etat civil : LAE, un nouveau service pour les Haïtiens/nes de l’extérieur

vendredi 17 août 2012

Le programme de livraison des extraits d’actes d’Etat civil à l’étranger (LAE) est un nouveau service qui permettra aux Haïtiens de la diaspora d’obtenir leurs documents sans difficultés. », a déclaré M. Wilfrid Bertrand, le Directeur des Archives Nationales, lors de la cérémonie de lancement à l’auditorium du collège Excelsior, en mai 2012.

Les Haïtiens de la diaspora pourront produire depuis l’étranger leur demande d’extraits ou d’actes ou tout autre document aux Archives Nationales qui assumeront les recherches et les procédures judiciaires. « Le tarif unique est de US $ 170.00 pour couvrir tous les frais de la procédure de traitement des dossiers jusqu’à la livraison. C’est un service complet intégrant recherches et démarches judiciaires. », a soutenu le numéro un des Archives Nationales.

Selon le Directeur Bertrand, ce service est disponible à Miami, Orlando, en République Dominicaine et à la Cayenne. Mais à partir du mois de juillet 2012, il s’étendra aux autres territoires où résident des Haïtiens : Guadeloupe, Etats-Unis, Canada et la France.

Bon nombre d’immigrants-es haïtiens, faute de documents, subissent toutes sortes d’abus de la part des bureaux d’immigrations des pays dans lesquels ils /elles se trouvent. Ces derniers sont exposés à des rapatriements arbitraires dans certains pays, notamment les départements français d’Amérique et la République Dominicaine.

Aux Îles Turks & Caïcos, où vivent environ 15 OOO migrants-es haïtiens, la grande majorité d’entre eux ont des problèmes de documentation. Leur situation se complique de jour en jour. Leurs enfants qui sont nés là-bas n’ont pas accès à l’éducation faute d’actes de naissance. Les travailleurs migrants haïtiens sont souvent obligés de verser aux employeurs des sommes exorbitantes pour obtenir leur résidence. Parfois, ils sont dupés.

Le GARR estime que la question de documents est d’une importance cruciale pour la communauté haïtienne de l’extérieur. De maintes difficultés surgissent quand il faut régulariser leur voyage, réclamer un passeport ou rentrer un membre de leur famille. Souvent ils sont en bute aux manœuvres onéreuses des racketteurs pour corriger ou réaliser leur actes ou d’extraits.

Tout en saluant l’effort d’une telle initiative, il souhaite qu’une nette coordination soit bien définie avec le Ministère de la Justice en vue d’éviter un dysfonctionnement plus prononcé du système. La coordination est nécessaire avec des acteurs importants, comme les représentations consulaires haïtiennes à l’extérieur où l’information n’est pas encore reçue, a appris le GARR au cours d’une récente mission en territoire français. De plus des mécanismes de supervision sont nécessaires pour écarter toute possibilité de fraude par les rançonneurs.

Il s’avère urgent que le système d’inspection des Offices d’Etat Civil à la charge du Ministère de la Justice, soit renforcé pour assurer l’enregistrement optimal des actes et éviter ainsi de mauvaises surprises aux citoyens-citoyennes.

En outre il sera très utile d’accompagner ce nouveau service avec un système de contrôle pour éliminer la lenteur et la légèreté dans la livraison des actes et des extraits. D’un autre côté, le GARR encourage une campagne de sensibilisation en vue d’aider la diaspora à être bien imbue des démarches à suivre pour réaliser leur demande soit par internet ou par des agents autorisés.