HCDH et HCR, 9 juin 2011 - Les gouvernements devraient s’abstenir de procéder à effectuer des retours vers Haïti

Lettre adressée aux représentants permanents auprès de l’office des Nations Unies à Genève
jeudi 9 juin 2011

Une grande partie de la population d’Haïti continue de vivre dans des conditions extrêmement précaires, exacerbées par la destruction et les déplacements provoqués par le tremblement de terre. Au mois de mars 2011, on estimait à 680 000 le nombre de personnes déplacées vivant sous des tentes.

(...)

Aucune solution durable ni aucune alternative tangible ne s’est matérialisée pour la vaste majorité des personnes déplacées. Malgré le soutien total du Haut Commissariat des Droits de l’Homme (HCDH)) et du Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) et leur engagement dans les efforts continuels de reconstruction, de nombreuses préoccupations persistent quant aux lacunes en termes de protection et de besoins humanitaires de base encore insatisfaits.

Dans ce contexte, les gouvernements devraient s’abstenir de procéder à effectuer des retours vers Haïti.

Lire cette lettre en PDF

PDF - 371.2 ko