Intervention du sénateur Soilihi lors de l’audition de M.Valls à la commission des Lois

mercredi 25 juillet 2012

Le 25 juillet 2012, la Commission des Lois du Sénat recevait le Ministre de l’Intérieur pour l’entendre présenter les grands axes de sa politique en matière d’immigration.

Le sénateur Soilihi (PS) est intervenu sur la question de Mayotte. Il a notamment interpellé le ministre sur la situation très problématique des mineurs isolés étrangers sur l’île ainsi que sur la nécessité de faire appel à une coordination régionale pour trouver des réponses à long terme aux questions que posent l’immigration à Mayotte.

"M. Thani Mohamed Soilihi. - Votre circulaire sur l’assignation à résidence exclut Mayotte. Ce n’est pas satisfaisant, mais face à l’ampleur du problème, comment faire autrement ? Le problème de l’immigration clandestine fait de Mayotte, malheureusement, un cas à part. Songez que la moitié des reconduites à la frontière de notre pays ont lieu à Mayotte, nouveau département de 300 kilomètres carrés et que plus de 40 % des personnes concernées sont réitérantes.

Je tiens à évoquer les conséquences de la lutte contre l’immigration clandestine sur les mineurs étrangers isolés. Les chiffres que nous entendons varient de 3 000 à 8 000. Quel est le bon ? J’espère obtenir des réponses précises dans les mois qui viennent. Il est urgent de mettre fin à ces drames qui touchent trop de monde. Il faut trouver des solutions. L’excellent rapport publié la semaine dernière par notre commission ouvre des pistes de réflexion.

Il importe de trouver des solutions immédiates, pour mettre fin à un fléau dont la population de notre île est la première victime. Il est urgent de poursuivre la lutte contre l’immigration clandestine, voire de l’intensifier, mais autrement que par une politique du chiffre qui a montré ses limites.

A l’instar de la Seine Saint-Denis, il faudrait que les pouvoirs publics contribuent à l’effort en faveur des mineurs isolés, qui sont une conséquence directe de la lutte contre l’immigration clandestine.

A terme, il faut favoriser la coopération régionale. Puisque l’on invoque souvent les liens entre Mahorais et Comoriens pour revenir sur le choix irréversible de Mayotte en faveur de la France, mettons-les à profit pour bâtir dans les faits, et non seulement dans les mots, une véritable coopération régionale.

A la suite de la remise du rapport sénatorial, vous pouvez compter sur les sénateurs de la commission des lois dont je suis pour chercher des solutions à ce problème qui gangrène Mayotte."