Le président de la République à la Réunion le 19 janvier 2010

Voeux à l’Outre-mer et commentaires
mardi 19 janvier 2010

Vœux du président à l’Outre-mer

En vidéo sur le site de l’Elysée
En PDF

PDF - 75.9 ko

Extrait - [En ce qui concerne] le renforcement de l’égalité des chances des Français d’outre-mer ou la meilleure maîtrise des flux d’immigration, problème douloureux, même si cette île n’est pas la plus concernée par le sujet. Cette question de l’immigration illégale met notre pacte social ultramarin dans une situation extrêmement difficile. A Mayotte, 30 à 40% de la population est en situation illégale, qui peut l’accepter ? Les Antilles, la Guyane avec le Guyana qui devra bien accepter les clandestins qui seront pris chez nous à la suite d’un contrôle. Si nous voulons rester une république ouverte, nous devons faire appliquer la loi. Ce n’est pas la même chose d’avoir des papiers ou de ne pas en avoir. Je veux dire également que nous allons employer des moyens exceptionnels pour aider les territoires comme la Guyane et Mayotte, comme j’ai eu l’occasion de le dire, ce qui passera notamment, dans l’océan indien par une aide aux Comores pour qu’ils disposent d’un hôpital. Désormais les femmes comoriennes pourront accoucher en toute sécurité. Et c’est tout l’intérêt de la République française que d’aider ses voisins si l’on veut préserver notre pacte social.

Commentaires

  • La visite de Sarkozy a coûté plus d’1,6 million d’euros Clicanoo.com, 21 janvier 2010
    Nicolas Sarkozy a repris son avion, les militants ont rangé leurs drapeaux et la Réunion a retrouvé un peu d’accalmie. Mais dans son sillon, le président a laissé une addition salée qui aura peut-être du mal à être digérée face à l’ampleur de la dette publique. Environ 1,6 million d’euros a été dépensé pour son déplacement de 24 heures à la Réunion, dont 50 000 euros de climatisation pour son discours. _ Voici le détail de la note.
    En PDF
    PDF - 87.1 ko