Le vice-recteur n’apprécie pas l’accent des enfants de Mayotte

Les syndicats d’enseignants protestent
jeudi 9 juin 2011

Dans les écoles mahoraises, l’enseignement se fait exclusivement en français alors que le français n’est presque jamais parlé dans les familles.

Cette question était évoquée dans un Colloque « Plurilinguisme, politique linguistique et éducation, quels éclairages pour Mayotte ? » , 17-19 mai 2010.
La nature du plurilinguisme dans l’archipel des Comores donne lieu à des débats importants. Voir Quel plurilinguisme à Mayotte ?.


Lettre ouverte du SNES-FSU et du SNUipp-FSU aux parlementaires de l’Outre-mer (4 juin 2011)

Nos deux syndicats enseignants : SNES-FSU et SNUipp-FSU souhaiteraient attirer votre attention sur les différents propos de Monsieur le Vice-recteur de Mayotte, François-Marie PERRIN.

  • Le vendredi 27 mai, il déclare sur Kwezi FM lors d’un débat : « Il y aussi la problématique de l’accent (…), que nos enfants puissent s’exprimer couramment sans accent devant les gens qui vont leur donner un travail et devant l’ensemble de la société » ;
  • Le lundi 30 mai, sur la même antenne, il se justifiait en faisant la comparaison avec « l’accent des jeunes de banlieues » ;
  • Le vendredi 3 juin, son directeur de cabinet déclarait dans les colonnes de Mayotte Hebdo que dans certains cas les accents pouvaient être nuisibles notamment pour le passage de concours.

Ces différents dérapages verbaux et publics ont été repris par la presse locale mais également dans un reportage diffusé le 30 mai dans Infos soir sur France O.
Nous nous indignons, comme beaucoup ici, face à ces propos qui sont contraires aux principes et aux valeurs de notre République : notre maison commune.
En quoi avoir un accent peut-il être stigmatisé ou montré du doigt de la sorte ?
En quoi l’accent des Mahorais (si il en existe…) serait-il moins bon à entendre que d’autres et pourquoi devrait-il être lissé ou gommé ? En quoi s’exprimer avec un accent empêcherait-il de réussir au sein de notre République ?
Notre pays et nos outre-mer que l’on célèbre cette année sont riches de leur diversité : culturelle, historique, linguistique… Le vice-recteur de Mayotte semble oublier ces spécificités et cette richesse. Le Président de la République, quand il s’exprime au sujet de l’Outre-Mer, indique que l’unité de la Nation ne signifie pas uniformité.
Les plus hauts fonctionnaires et représentants de l’Etat doivent être les garants de nos valeurs et principes souvent mis à mal. Le rôle de vice-recteur exige d’être le garant de la diversité et du respect des différences. Le rôle du vice recteur n’est pas d’exposer les opinions d’une sphère privilégiée qui s’offusque en pouffant, sûre de sa supériorité, des accents de la plèbe hors des sphères du pouvoir.
[...].


Malango - Mayotte - Une manifestation aux accents du terroir

9 Juin 2011, par la rédaction

PDF - 172.3 ko

Mediapart - A Mayotte, l’accent des élèves jugé « handicap social »

9 juin 2011, par Lucie Delaporte

PDF - 76.5 ko

Voir le site du vice-rectorat de Mayotte (rattaché au rectorat de la Réunion)

http://www.ac-mayotte.fr

Il comporte par exemple un
rapport "L’éducation en chiffres 2010-2011"
téléchargeable (PDF 5,7 Mo).