Rapport sur les problématiques pénitentiaires en outre-mer

par Laurent Ridel, directeur de la mission outre-mer des services pénitentiaires
samedi 29 novembre 2014

Rapport publié en mai 2014, et remis le 8 juillet 2014 par George PAU LANGEVIN à Christiane TAUBIRA.

Lire ce rapport en ligne


Présentation par Outre-mer 1re

Vétusté, surpopulation : le tableau des prisons ultramarines en 2014
par Léia Santacroce et Nolwenn Guyon

Un rapport sur les prisons ultramarines a été remis ce mardi à la garde des Sceaux et à la ministre des Outre-mer. Ses auteurs dressent la (longue) liste des problèmes rencontrés dans ces établissements et formulent plusieurs propositions pour améliorer la situation.

A Mayotte, une situation critique en voie d’amélioration
La prison de Mayotte, particulièrement délabrée, est en cours de rénovation. Une extension du bâtiment a été réalisée au mois de juin dernier. "Nous comptons à présent 170 places pour 160 détenus", explique Laurent Ridel. Quant à la situation préoccupante des détenus mineurs (trois d’entre eux avaient tenté de se suicider en l’espace de 15 jours au mois d’avril dernier), elle est en voie d’amélioration. "En juin 2015, un nouveau quartier des mineurs sera ouvert, affirme Laurent Ridel. Il comptera 30 places, contre 6 auparavant. En attendant, les mineurs ont été transférés dans un quartier séparé, dans des conditions beaucoup plus dignes, avec une douche par cellule."

Le centre pénitentiaire de Saint-Denis de La Réunion : prison modèle ?
En 2000, un rapport parlementaire dénonçait l’état de la prison de Saint-Denis de La Réunion, qualifiée de "honte de la République". Depuis, les détenus ont été transférés au nouveau centre pénitentiaire de Saint-Denis. Créé en 2008, c’est la prison la plus récente de l’Outre-mer. "Il permet pour le plus grand nombre d’être en cellule individuelle, ce qui est exceptionnel en Outre-mer", peut-on lire dans le rapport.

Wallis et Futuna : hors-la-loi
A Wallis et Futuna, c’est la gendarmerie qui est responsable de la détention des prisonniers. Quatre cellules y ont été aménagées, sans local médical, ni salle d’activité. Autre problème majeur : aucun personnel de l’administration pénitentiaire n’y est affecté, ce qui est contraire à l’article 3 de la loi pénitentiaire. Les auteurs du rapport déplorent enfin que les mineurs et les femmes ne puissent pas être séparés des autres détenus.

Quelles solutions ?
"Accroître le parc pénitentiaire en Guadeloupe", "Créer des quartiers de mineurs et de femmes à la prison de Nuutania", "Mettre en place des travaux d’intérêt général à Wallis et Futuna", voici quelques unes des 43 préconisations listées par les auteurs du rapport. La garde des Sceaux, Christiane Taubira, a affirmé qu’elle en tiendrait compte dans les semaines à venir. "En septembre, je ferai mes propositions pour l’immobilier pénitentiaire", a-t-elle déclaré, avant de souligner que plusieurs chantiers étaient déjà lancés. Parmi eux, les travaux en cours au centre pénitentiaire du Camp Est en Nouvelle-Calédonie, décrit dans le rapport comme "particulièrement vétuste".