covid-19 INSEE La précarité des conditions de vie rend difficile le respect des mesures de confinement - Les conditions de confinement à Mayotte

jeudi 28 mai 2020

Insee Analyses Mayotte
No 23
Paru le : 14/05/2020
Ravi Baktavatsalou, Pierre Thibault (Insee)

À Mayotte, les conditions de vie très éloignées des standards métropolitains rendent difficiles le respect du confinement strict mis en place depuis le 17 mars sur l’ensemble des territoires français pour lutter contre la pandémie du Covid-19. Le respect des gestes barrières est difficile pour au moins un tiers des habitants ne disposant pas d’eau dans leur logement. La recommandation de distanciation sociale est aussi complexe à mettre en œuvre dans le département le plus dense après ceux de l’Île-de-France.

Rester chez soi s’avère difficile également. D’une part, une partie des habitants ont besoin de sortir chaque jour pour trouver les ressources nécessaires à leur subsistance quotidienne. D’autre part, de nombreux logements sont précaires et suroccupés : 40 % des habitants vivent dans une maison en tôle au confort rudimentaire, et plus de la moitié des logements sont suroccupés. Du fait de ces conditions de logement dégradées mais aussi de niveaux de vie nettement plus faibles qu’ailleurs en France, les ménages détiennent moins souvent des équipements électroménagers ou numériques.

D’ailleurs, la fracture numérique est marquée à Mayotte : seuls 17 % des ménages disposent d’un accès haut débit à leur domicile, soit quatre fois moins qu’en métropole. De fait, le suivi d’une scolarité à distance est difficile, d’autant plus que beaucoup de jeunes ne peuvent pas être aidés par leurs parents : 70 % des enfants mineurs ont des parents sans diplôme, contre 11 % en métropole.
lire la suiteici



Documents joints

PDF - 1 Mo