Demandeurs d’asile en Guyane :la maltraitance des autorités dénoncée

mercredi 30 septembre 2020

Depuis plusieurs semaines des personnes cubaines venues demander l’asile en Guyane dorment dans les rues de Cayenne.
12 septembre 2020

Ce matin ces mêmes personnes ont reçu la visite des forces de police municipale et nationale, qui leur ont saisi leurs matelas. Elles ont aussi pris en photo le passeport de certains des hommes seuls présents afin selon leur dires de « s’assurer qu’on les expulse ».
Or ces personnes ne causent pas de troubles à l’ordre public, elles essayent malheureusement de survivre, dans des conditions plus que déplorables.

Nous rappelons que la privation du bénéfice des mesures, prévues par la loi afin de garantir aux demandeurs d’asile des conditions matérielles d’accueil décentes jusqu’à ce qu’il ait été statué sur leur demande, est susceptible de constituer une atteinte grave et manifestement illégale à cette liberté.

D’autre part, nous rappelons également que les personnes, dont la demande d’asile est enregistrée, sont admises à se maintenir sur le territoire jusqu’à ce qu’une réponse définitive à leur demande de protection leur soit rendue.
Dans une période d’état d’urgence sanitaire, il est inacceptable que les autorités en prennent pas les mesures nécessaires pour mettre à l’abri ces personnes et respecter ainsi leur dignité.

Nous tenons donc à dénoncer les pratiques des forces de police, qui prive les personnes de leur matelas pour dormir, qui leur mettent la pression en les menaçant d’expulsion. Ces pratiques ne font renforcer les difficultés déjà nombreuses que rencontrent ces personnes.
Enfin nos organisations exigent que ces pratiques cessent et qu’une solution rapide et pérenne soit trouvée afin que les personnes demandant l’asile ne soient plus obligées de dormir dans la rue.

Signataires :
Kaz avenir
La Cimade Guyane
Ligue des Droits de l’Homme section de Cayenne
Médecins du monde Guyane


Documents joints

PDF - 70.7 ko