Mayotte en novembre 2011 : sortie de crise ?

jeudi 17 novembre 2011

Sur le site http://mayotte-viechere.com/index.php, le 9 novembre 2011

À l’instar des Antilles en 2009, le mouvement social contre la vie chère à Mayotte a duré 44 jours. Un accord sur les 3 produits qui faisaient blocage a été trouvé et l’intersyndical a proposé la levée des barrages et une suspension de la grève qui ont été acceptées par la Base.

Le travail ne fait que commencer mais pour combien de temps ces prix seront bas ? Peut-on vraiment s’attendre à une réelle baisse du coût de la vie sur le long terme ?


Upanga n°46 du 10 novembre 2011 : dossier

EXTRAIT

Mieux vaut faire taire que satisfaire
La vie chère a l’air de plus concerner le ministère de l’intérieur que celui de l’Outre-mer.
Pour faire face au conflit, le premier a sorti l’artillerie lourde, n’hésitant pas une seconde à mettre la main à la poche pour sortir un bon paquet de biftons. La maison poulaga aura déboursé, selon notre estimation, environ 2,8 millions d’euros en frais de déplacement et d’hébergement pour mobiliser 400 flics hors Mayotte. a cette somme il faut bien sûr ajouter le salaire des braves pandores, soit environ 3,5 millions ; ça fait du pognon, mais qu’importe, lorsqu’il s’agit de sécurité. Inversement, on trouve plus d’oursins que de liasses dans les poches du ministère de l’Outre-mer.
Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les dispendieuses mesures de l’intérieur à celles proposées par l’Outre-mer. Pour tenter de mettre fin au conflit, Marie-Luce Penchard a proposé ses fameux bons d’achat de 5 euros pour les foyers les plus démunis. Coût mensuel de l’opération : 560 000 euros, soit environ dix fois moins d’argent pour satisfaire le mécontentement que pour l’encadrer.

Lire en PDF trois pages de la revue

PDF - 271.1 ko
  • Manif : l’échec de l’armée mexicaine
    En comparant le LKP à celui qui mène les manifestations à Mayotte, on comprend mieux la différence de traitement accordé par l’Etat à ces deux mouvements.
  • Succession de gaffes
    Les responsables en tout genre n’ont pas brillé lors de ce conflit.

Abonnez vous à la version PDF d’Upanga !
La revue reparaît heureusement après un interlude et devient mensuelle
avec des éléments et analyses précieux.

  • www.upanga.com
    BP 193, 97610 Pamandzi
    Tel. : 06 39 69 10 42
    Mail : upanga.redaction@gmail.com

Document

Rapport du médiateur Stanislas Martin
sur la formation des prix des produits de première nécessité à Mayotte

PDF - 248 ko

Deux analyses

  • Courant alternatif, par Thibault Lemmière, 17 novembre 2011
    PDF - 40.7 ko

"La construction de ce mouvement social sème les graines de la contestation sur la situation de Mayotte et le statut de colonie toujours réel sur cette île, confetti de l’impérialisme français..."

Plusieurs personnes ont été blessées, parfois grièvement. Un homme est mort. Si le prétexte de départ est « la vie trop chère », ces émeutes font émerger des problèmes plus profonds.