Un site internet pour les droits des migrants en Outre-mer

Ce site est l’expression d’un large réseau d’associations nationales et de partenaires actifs en Outre-mer : voir la carte interactive du réseau Mom et la rubrique "qui sommes nous". Il cherche à alerter sur les discriminations et sur les violations des droits de l’homme dont sont particulièrement victimes les migrants en Outre-mer et à accompagner les luttes de ces migrants et de ceux qui les soutiennent.

Pour être régulièrement informé, abonnez vous (gratuitement) à la liste "Mom-info" : voir la lettre épisodique n°36 du 3 mars 2016
Pour nous joindre : mom@migrantsoutremer.org
Le moteur de recherche ci-dessus vous aidera à naviguer sur le site !


Articles les plus récents

lundi 23 mai 2016

Crise à Mayotte, le retour de boomerang d’une politique depuis longtemps inacceptable

Communiqué du collectif Migrant-outremer, 22 mai 2016

samedi 21 mai 2016

Crise humanitaire à Mayotte : MdM demande une réponse rapide des autorités

Communiqué de Médecins du Monde, 20 mai 2016

mercredi 18 mai 2016

Plus de policiers pour "protéger" des Comoriens en les expulsant

Communiqué des ministres de l’Intérieur et des Outre-mer (17/5/16)
Et déclaration au Sénat (3/5/16)

lundi 16 mai 2016

Epidémie de "comoro-phobie", bangas détruits et brulés

2e partie : toujours le même rituel : les comités d’habitants préviennent deux semaines à l’avance puis, au jour fixé, cassent et brûlent les maisons à leur guise (15 mai - 5 juin 2016)

lundi 16 mai 2016

Violences anti-comoriennes : quelles réponses ?

Plus de police pour plus expulser légalement ?
Assimiler "l’insécurité et l’immigration clandestine" pour renforcer la "comoro-phobie" ?

mardi 10 mai 2016

Défenseur des droits : Les droits fondamentaux des étrangers en France (mai 2016)

EXTRAITS de ce rapport spécifiques aux personnes étrangères en outre-mer

samedi 7 mai 2016

"Ratonnades" anti-comoriennes effectuées par des associations locales dans de nombreux villages

Des Comoriens expulsés, leurs maisons détruites, les enfants sans école à l’initiative de groupes locaux. Le maire et la gendarmerie prévenus à l’avance par courrier laissent faire (1re partie : 10 janvier - 9 mai 2016)