La demande d’asile outre-mer en 2008

Extrait du rapport de l’OFPRA 2008
mercredi 1er avril 2009

La demande d’asile outre-mer, p. 15 et 16 du rapport de l’OFPRA

Mayotte : le nombre de demandes d’asile a quadruplé en 2008

Extrait de ce chapitre du rapport publié par La lettre de Malango n°111

Le nombre de demandes d’asile enregistrées à Mayotte a explosé en 2008, indique le rapport annuel de l’OFPRA. Un phénomène qui s’explique par la crise anjouanaise et le renversement du régime de Mohamed Bacar.

La demande d’asile outre-mer a connu une brusque accélération l‘année dernière, passant de 1.085 demandes en 2007 à 2.329 en 2008, soit plus du double, révèle le rapport d’activité 2008 de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), rendu public la semaine dernière. Les DOM-COM représentent 6,8% de la demande globale enregistrée en France - derrière la région Île-de-France (47%) et la région Rhône-Alpes (8%).

L’île de Mayotte est pour beaucoup dans ce phénomène : selon ce rapport, « les demandes d’asile déposées à Mayotte en 2008 ont été multipliées par quatre par rapport à l’année précédente ». La demande d’asile déposée à Mayotte représente 50,1% du total de la demande outre-mer, soit 979 premières demandes.

L’OFPRA explique « cette brusque accélération » par « les évènements politiques survenus sur l’île d’Anjouan » en mars 2008, lors du débarquement des armées comorienne, tanzanienne et soudanaise à Anjouan et de la fuite de Mohamed Bacar vers Mayotte puis la Réunion.

« La demande en provenance des Comores a fortement progressé cette année du fait de l’actualité politique de cet archipel (…) Les demandeurs, qui proviennent quasi exclusivement de l’île d’Anjouan, font état de leur engagement politique en faveur de Mohamed Bacar ou d’opinions politiques qui leur sont imputées par les nouvelles autorités en raison de leur appartenance (ou de celle d’un proche) à la Force de gendarmerie d’Anjouan ou à l’administration de l’ancien président », précise l’OFPRA. Le nombre de demandes de ces Comoriens, faible avant le mois d’avril, a explosé en septembre (218) et octobre (199) pour atteindre le chiffre de 881 à la fin de l’année - contre 55 en 2007.

En 2008, 86,5% des demandeurs d’asile à Mayotte étaient ainsi originaires des Comores indépendantes ; 6,5% du Rwanda ; 5,5% de la République démocratique du Congo - notamment de la région du Kivu, dont les demandeurs sont « sous-représentés en France métropolitaine » mais nombreux « à Mayotte ». L’on compte également des Burundais et quelques personnes originaires des pays du Golfe, dont l’Irak.

Toujours selon l’OFPRA, plus de 500 décisions ont été prises concernant des demandes émanant de Mayotte. « Le nombre de dossiers demeurant sans décision au 31 décembre est de 465 », révèle le rapport. Le taux d’accord de l’office pour les Comoriens est de 9,9%.

En 2008, dans l’ensemble du territoire français, l’OFPRA a enregistré 42.599 demandes soit une hausse de 19,9% par rapport à 2007.



Documents joints

PDF - 99.2 ko

Brèves

Mise à jour de "Singularités du droit des personnes étrangères dans les Outre-mer"

dimanche 18 novembre

Gisti et Mom, cahier juridique, paru en janvier 2018 ; mise à jour novembre 2018

CJ "outre-mer" paru en janvier 2018- Mise à jour novembre 2018

Ouvrage en vente sur la boutique en ligne du Gisti (avec la mise à jour) format papier ou ebook

CNCDH - L’effectivité des droits dans les Outre-mer

mardi 24 octobre 2017

Une étude de la Commission nationale consultative des droits de l’homme effectuée en 2017, publiée par La documentation française en mars 2018

Les avis sont en ligne notamment :